REFORME SUR LES RYTHMES SCOLAIRES

image_pdfimage_print

REFORME SUR LES RYTHMES SCOLAIRES A VILLIERS SUR ORGE
RENTREE 2014 : CATASTROPHE  ANNONCEE !

De nombreuses communes font remonter leur gros mécontentement sur la réforme des rythmes scolaires : fatigue des enfants, horaires disparates ,activités parfois burlesques, encadrements déficients, problèmes financiers, responsabilités floues  dans les périodes de transition entre les enseignants et le personnel communal, manque de locaux ,paiement ou pas des activités, harmonisation des démarches et objectifs …..
Mais attention, tout le monde ne râle pas pour les mêmes raisons !
Si vous croyez encore qu’il est indispensable d’avoir  une  grande école publique de qualité, pour la réussite de tous les enfants sans exception, il faut réagir et ne plus laisser quelques uns décider à votre place ! Il faut que le débat s’élargisse à ceux qui ont réellement des choses à dire et des solutions à proposer, qui ne soient pas dictés par leur confort personnel !!!
Sinon, Villiers sur Orge court à la catastrophe ; force est de constater que certaines décisions prises bien trop vite n’arrangent  déjà  pas les choses.

PREMIERES ERREURS D’UN ECHEC ANNONCE :

  •  Les rythmes scolaires doivent s’appuyer  sur un projet éducatif territorial  à mettre en place avec tous les partenaires s’occupant d’enfants sur la Commune . Pour l’ancien projet  éducatif( PEL) , qui n’était qu’un catalogue d’activités, il n’y a pas eu, en 6 ans, une seule réunion du Comité de pilotage pour en évaluer les résultats ! C’est pourtant essentiel dans l’aménagement des rythmes de l’enfant. En sera-t-il de même pour le projet éducatif territorial à venir ?
  •  Le choix du mercredi matin travaillé ( pour lequel, le maire adjoint au scolaire a voté) est une 1ère erreur. D’ailleurs, lui-même, nous dit que çà pose des problèmes pour les sorties du centre de loisirs et la cantine.
  • Le samedi matin, bien au contraire, ne présentait que des avantages pour les enfants :

– Le centre de loisirs pouvait continuer les sorties à la journée le mercredi ; pas de surcharge du centre non plus et pas de problème de récupération  des enfants (maison  ou centre ?)
– Enfants plus réceptifs le samedi, rencontres avec les parents plus faciles, participation des enfants aux manifestations sportives ou culturelles de la Commune, encadrement d’ateliers avec les parents, pas de problème de cantine ou de récupération des enfants 
– Les abords des écoles, le samedi, étaient devenus un lieu d’échanges où les parents aimaient s’attarder ! Pour ceux qui ont la garde alternée du week- end, c’était l’occasion de rencontrer l’enseignant de leur  enfant.

  • Transformer l’école maternelle en groupe de 8 classes est une aberration : c’est un potentiel d’environ 250 petits enfants qui vont se retrouver dans des locaux exigus qui se révèleront rapidement pas très fonctionnels au niveau des toilettes, de la restauration, des salles disponibles surtout par mauvais temps…Le cadre de vie est pourtant un paramètre essentiel dans les rythmes de l’enfant.
  • L’école A.Malraux n’a pas été mieux lotie puisque la cour (un bel espace boisé qui en faisait l’une des plus belles cours du département) est en train d’être saccagée pour y installer la cantine et un beau parking ! Là aussi, le cadre de vie en a pris un sacré coup !

Le choix de la restauration sans cuisinier n’est pas non plus une décision qui respecte les rythmes de l’enfant.

LES VRAIES SOLUTIONS QUI RELEVENT DE l’ETAT ET QUE NOUS RECLAMONS :

  • Baisse des effectifs dans les classes.
  • Remise en place des Réseaux d’Aides Spécialisés pour les Enfants en Difficulté
  • Une formation initiale et continue de qualité pour les enseignants (actuellement en voie de disparition !). 
  • Du temps disponible pour le travail d’équipe et les rencontres avec les parents.
  • Des programmes scolaires clairs, partagés par tous, réalisables et stables.
  • Suppression des zones pour les petites vacances  afin d’obtenir une meilleure répartition sur l’année : alternance  de 6 semaines de travail et 2 semaines de congés.

 LES SOLUTIONS RELEVANT DE LA COMMUNE ET QUE NOUS PRECONISONS :

  • Demander le report de la réforme ; celle-ci va entrainer un surcoût financier et des désordres sur les écoles dont vont pâtir tous les enfants. Il sera alors bien difficile de revenir en arrière.
  • Réviser le plan d’occupation des sols pour envisager un 3ème groupe scolaire. Ce qui dégagerait des salles pour les écoles.
  • Elaborer enfin un véritable plan éducatif sur la Commune, qui soit suivi régulièrement par le Comité de pilotage .Ce dernier ne devra pas se limiter à quelques représentants ! Sur les écoles par exemple, il serait bon qu’il y ait plusieurs  enseignants intéressés qui y soient invités.
  • Créer plus d’espaces de vie dans les écoles est un objectif fondamental pour le bien être de nos enfants.
  • Améliorer  la manière dont est prise en charge l’hygiène : répartition et qualité des toilettes et sanitaires adaptés aux enfants.
  • Transformer la pause méridienne en temps calme où l’enfant, dans un cadre convivial puisse manger tranquillement et puisse ensuite se ressourcer sans tomber dans l’activité à outrance .Différents  lieux  où il puisse lire, regarder un documentaire, ne rien faire, faire un jeu collectif calme …En plaçant la sieste des petits, juste après le repas.
  •  Les activités péri scolaires ne doivent avoir lieu  qu’en fin de journée scolaire afin que tous les enfants puissent y avoir droit.

CONCLUSION :

 C’est une réforme nécessaire mais qui , de toute évidence, a été bâclée dès le début et cache sans doute d’autres objectifs très éloignés de l’intérêt de l’enfant !

 Tous les paramètres que nous évoquons ci-dessus auraient dû être discutés avant de la lancer. Une telle réforme risque de faire glisser  peu à peu les disciplines que l’on considère à tort comme non fondamentales ( culture, sports, arts…) dans les mains de personnels  moins qualifiés !

 L’objectif  premier qui est d’alléger les journées scolaires sera-t-il résolu en accumulant d’autres activités diverses, avec du personnel plus ou moins formé, dans des locaux inadaptés !! L’enfant se retrouve bien trop souvent plongé en  collectivité !

La coupure du mercredi  est très salutaire pour les enfants ; si on ne peut  pas hélas  revenir sur le samedi matin, alors il faut repartir sur un rythme plus régulier : 5 journées consécutives avec les mêmes horaires.

 CADRE DE VIE SPACIEUX ET AGREABLE
+ BAISSE DES EFFECTIFS
= ENFANTS PLUS REPOSES ET RECEPTIFS.

C’est tout simple mais c’est essentiel !

AUJOURD’HUI NOUS EXIGEONS LE REPORT DE CETTE REFORME 

NON

AU TRANSFERT DES CHARGES SUR LES COLLECTIVITES
SANS MOYENS FINANCIERS  A LA HAUTEUR

OUI

A UNE EDUCATION NATIONALE DE QUALITE QUI  PREPARE LE CITOYEN DE DEMAIN